Principe

 

La méthodologie BIOSYNERGIE  consiste, après étude du problème de pollution, à épandre directement le produit sur le site concerné selon une technologie d’application brevetée ®.

 

Toutes nos réalisations sont le fruit d’une étroite association avec des scientifiques d’horizons divers.

  • Biosynergie est signataire d’un accord de consortium - projet BIOSED – regroupant les voies Navigables de France (VNF),              France Nature Environnement (FNE) 
    et Université du Littoral – Côte d’opale (ULCO)

  • Contrats collaboration/recherche avec l'Université de Montpellier - CNRS (publications)
     

  • Conférencier au M.I.T (Massachussets Institute of Technology) à l'Institut Océanographique de Monaco en 2010.
     

  • BIOSYNERGIE est signataire en 2016 d’un Plan de recherche et d’innovation départemental (P.R.I.D.) sous forme d’une convention tripartite de 6 années avec le Département du Nord                    et l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Douai 

 

Tout déchet organique (déjections animales, déchets ménagers, déchets verts, boues…) trouve sa contre partie dans l’environnement à savoir, les micro-organismes (bactéries, algues, champignons…), capables de le dégrader, de le composter.

 

Le problème d'aujourd’hui, c’est que nous produisons des molécules xénobiotiques et beaucoup plus que la nature ne peut assimiler, ce qui oblige à stocker et à construire des systèmes de traitements chers et complexes.

 

Partant de ce simple constat, nous sélectionnons sur mesure, dans la nature, des micro-organismes classe 1 sans danger pour l’homme et l’environnement. (European Federation of Biotechnologies - CR 12894:1997). Libres d’emploi sans en référer à l’autorité compétente (directive européenne 2000/54/CE1 du 18/09/2000)  selon le type de déchets à traiter.

 

Puis, nous les cultivons, les concentrons (100 millions de colonies par gramme de produit) et les associons à des minéraux, des nutriments, des vitamines, des oligo-éléments.

Nous obtenons des produits finis capables de dépolluer, dégrader les produits organiques en excès et potentiellement réfractaires en milieu naturel, dans l’industrie et en milieu urbain.